Cas particuliers

HYPERTENSION RÉSISTANTE

Chez certains patients, la pression artérielle semble hors de contrôle. Elle ne diminue pas malgré la prise de plusieurs médicaments antihypertenseurs et un mode de vie sain. Dans ce cas, nous parlons d’hypertension résistante (au traitement). Elle se manifeste chez moins de 10 % des patients traités.

Il est important de faire la distinction entre l’hypertension pseudorésistante, qui peut notamment être due à ce qui suit :

  • Non-respect du traitement ;
  • Hypertension de la blouse blanche ;
  • Tensiomètre de mauvaise qualité.

Autres causes de l’hypertension résistante :

  • Consommation excessive de sel, obésité et/ou exercice physique insuffisant ;
  • Prise de médicaments ou de stimulants qui font augmenter la pression artérielle (alcool, nicotine, caféine, réglisse…) ;
  • Forme non diagnostiquée d’hypertension secondaire ;
  • Apnée du sommeil :
    L’apnée du sommeil concerne généralement les patients obèses. Pendant la journée, ces patients se sentent fatigués et sans énergie. La nuit, leur sommeil est perturbé par des ronflements et par l’arrêt périodique de la respiration (apnée). Souvent, le patient ne sait pas qu’il cesse de respirer ou qu’il ronfle pendant la nuit, mais son partenaire ne l’ignore pas. Ce syndrome est une cause d’hypertension résistante qui ne doit pas être sous-estimée. La prise en charge du problème (dormir avec un masque afin que la pression dans les voies respiratoires reste toujours positive) peut avoir des conséquences spectaculaires sur le traitement de l’hypertension ainsi que sur le risque cardiovasculaire en général.

HYPOTENSION OU PRESSION ARTÉRIELLE BASSE

Parfois, la pression artérielle peut être trop basse. Nous parlons alors d’hypotension. L’hypotension est moins fréquente et n’est généralement pas néfaste pour la santé. Les symptômes peuvent être des vertiges, l’impression que votre tête est légère ou des évanouissements. Ne pas vous lever trop vite et boire suffisamment peut être utile.

HYPERTENSION ET GROSSESSE

Les femmes qui ne sont pas atteintes d’hypertension peuvent présenter une pression artérielle élevée pendant la grossesse. Nous parlons dans ce cas d’hypertension gravidique. Cette forme d’hypertension accroît les risques pour la santé à la fois de la mère et du fœtus. À travers le monde, elle touche 5 à 10 % des femmes enceintes. À long terme, il existe un risque accru d’apparition de maladies cardiovasculaires. Il est donc important d’intervenir à temps également dans ce cas.

Une distinction est faite entre une forme légère (pression systolique 140-159 mmHg et pression diastolique 90-109 mmHg) et une forme grave (≥ 160/110 mmHg). La forme légère est généralement asymptomatique. La forme grave peut s’accompagner de maux de tête, de troubles de la vue, de fourmillements dans les doigts, de nausées et de vomissements. Le corps peut accumuler une grande quantité de liquide en peu de temps, ce qui provoque l’apparition d’un œdème . L’hypertension gravidique survient principalement lors de la première grossesse. Lors d’une grossesse suivante, elle est moins fréquente et si elle apparaît, elle est souvent moins grave. Votre médecin vous prescrira un traitement adapté.

HYPERTENSION ET ALLAITEMENT

Beaucoup de médicaments antihypertenseurs ne sont pas conseillés pendant l’allaitement. Pour en savoir plus à ce sujet, consultez la notice. Si vous allaitez ou avez l’intention d’allaiter, parlez-en à votre médecin. Il pourra vous prescrire un autre traitement afin que vous allaitiez sans risque.

HYPERTENSION ET PILULE

Chez 5 % des utilisatrices, les contraceptifs oraux (« la pilule ») peuvent provoquer une hypertension [1]. Dans la plupart des cas, la pression artérielle diminuera à nouveau lors de l’arrêt de la prise du contraceptif oral. Il est recommandé de surveiller votre pression artérielle avant et pendant le traitement par contraceptifs oraux. Si vous développez des effets indésirables, parlez-en à votre médecin ou à votre pharmacien. Dans certains cas, le traitement sera adapté. Pour en savoir plus sur les effets indésirables possibles de votre médicament, consultez la notice.


[1] Référence: 2018 ESH/ESC guidelines for the management of arterial hypertension.